« La fraternité n’a pas de pire ennemi que l’égalité »

[…] le messianisme égalitaire engendre chez le peuple la rébellion et la méfiance envers les dirigeants, et, chez les dirigeants, le souci de garder leurs distances avec le peuple.

D’un côté une réaction agressive et de l’autre une réaction défensive, la guerre au lieu de la communion.

En effet, quelle que soit l’habitude que la Révolution française nous a donnée de voir ces deux mots accouplés, la fraternité n’a pas de pire ennemi ici-bas que l’égalité.

Gustave ThibonDiagnostics : Essai de psychologie sociale (1940)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s