« Il y a de bonnes lois là où il y a de bonnes armes »

[…] il est nécessaire à un prince que son pouvoir soit établi sur de bonnes bases, sans lesquelles il ne peut manquer de s’écrouler. Or, pour tout État, soit ancien, soit nouveau, soit mixte, les principales bases sont de bonnes lois et de bonnes armes. Mais, comme là où il n’y a point de bonnes armes, il ne peut y avoir de bonnes lois, et qu’au contraire il y a de bonnes lois là où il y a de bonnes armes, ce n’est que des armes que j’ai ici dessein de parler.

 

Je dis donc que les armes qu’un prince peut employer pour la défense de son État lui sont propres, ou sont mercenaires, auxiliaires, ou mixtes, et que les mercenaires et les auxiliaires sont non-seulement inutiles, mais même dangereuses. Le prince dont le pouvoir n’a pour appui que des troupes mercenaires, ne sera jamais ni assuré ni tranquille ; car de telles troupes sont désunies, ambitieuses, sans discipline, infidèles, hardies envers les amis, lâches contre les ennemis ; et elles n’ont ni crainte de Dieu, ni probité à l’égard des hommes. Le prince ne tardera d’être ruiné qu’autant qu’on différera de l’attaquer. Pendant la paix, il sera dépouillé par ces mêmes troupes ; pendant la guerre, il le sera par l’ennemi.  […] Les capitaines mercenaires sont ou ne sont pas de bons guerriers : s’ils le sont, on ne peut s’y fier, car ils ne tendent qu’à leur propre grandeur, en opprimant, soit le prince même qui les emploie, soit d’autres contre sa volonté ; s’ils ne le sont pas, celui qu’ils servent est bientôt ruiné.

 

[…] L’expérience a prouvé que les princes et les républiques qui font la guerre par leurs propres forces obtenaient seuls de grands succès, et que les troupes mercenaires ne causaient jamais que du dommage. Elle prouve aussi qu’une république qui emploie ses propres armes court bien moins risque d’être subjuguée par quelqu’un de ses citoyens, que celle qui se sert d’armes étrangères. Pendant une longue suite de siècles Rome et Sparte vécurent libres et armées ; la Suisse, dont tous les habitants sont soldats, vit parfaitement libre. Quant aux troupes mercenaires, on peut citer, dans l’antiquité, l’exemple des Carthaginois, qui, après leur première guerre contre Rome, furent sur le point d’être opprimés par celles qu’ils avaient à leur service, quoique commandées par des citoyens de Carthage.

Nicolas MachiavelLe Prince (1532)