« Méfiez-vous de la vieille Europe, elle est peut-être plus jeune que vous »

« Méfiez-vous de l’Europe, Américains ! […] la Vieille Europe n’est pas si vieille : vous vous en laissez imposer par quelques siècles – une misère. […] la cathédrale de Chartes, par exemple est beaucoup plus jeune en réalité, c’est à dire beaucoup plus accordée à de jeunes cœurs, de jeunes esprits, que tant de monuments qui paraissaient à vos milliardaires, il y a cinquante ans, le dernier mot du modernisme. L’Europe n’est pas vieille ; ce sont ses institutions qui étaient trop vieilles pour elle. Les peuples d’Europe ne sont pas vieux ; ce sont les élites européennes qui auraient besoin de se renouveler […] Méfiez-vous de l’Europe, hommes d’Amérique ! Vous êtes jeunes, elle est peut-être plus jeune que vous, permettez moi de vous le dire ; elle l’est certainement plus que vous ne l’étiez au temps des trusts. […] L’Europe a été un foyer spirituel incomparable ; elle n’abdiquera jamais les droits qu’elle se reconnait, à tort ou à raison, sur le destin spirituel du monde.

Georges Bernanos, Lettre aux Anglais (1942)