« La doctrine de l’égalité est la fin de toute justice »

« Rousseau, — où vraiment voulait-il en venir ? […] La doctrine de l’égalité !… Mais il n’y a pas de poison plus vénéneux : car elle paraît prêchée par la justice même, alors qu’elle est la fin de toute justice…

« Aux égaux, égalité, aux inégaux, inégalité — tel devrait être le vrai langage de toute justice ; et, ce qui s’ensuit nécessairement, ce serait de ne jamais égaliser des inégalités. » — Autour de cette doctrine de l’égalité se déroulèrent tant de scènes horribles et sanglantes, qu’il lui en est resté, à cette « idée moderne » par excellence, une sorte de gloire et d’auréole, au point que la Révolution, par son spectacle, a égaré jusqu’aux esprits les plus nobles. Ce n’est pas une raison pour l’en estimer plus.

Friedrich NietzscheLe Crépuscule des idoles (1888)


L’injus­tice ne se trouve jamais dans les droits inégaux, elle se trouve dans la prétention à des droits « égaux ».

L’Antéchrist : essai d’une critique du christianisme (1895)