« Si seulement les honnêtes gens étaient fidèles à l’honnêteté comme la médiocrité est fidèle à la médiocrité »

Je dois rendre cette justice à nos abonnés que dans ce gouvernement de la liberté ils nous sont demeurés admirablement fidèles. Ceux qui en sont ont parfaitement compris , je veux dire qu’ils savaient d’avance aussi bien que nous ce que sont les mœurs de la véritable liberté. Encore un mot que je n’aime pas, mais enfin la vie même requiert la liberté.

 

Une revue n’est vivante que si elle mécontente chaque fois un bon cinquième de ses abonnés. La justice consiste seulement à ce que ce ne soient pas toujours les mêmes qui soient dans le cinquième. Autrement, je veux dire quand on s’applique à ne mécontenter personne, on tombe dans le système de ces énormes revues qui perdent des millions, ou qui en gagnent, pour ne rien dire, ou plutôt à ne rien dire.

 

Par cette dure méthode, par cet unique système de recrutement ne se manifeste point un commun abaissement fondé sur un incessant échange de concessions mutuelles, que l’on se passe incessamment des uns aux autres, mais c’est ainsi que nos cahiers se sont peu à peu formés comme, un lieu commun de tous ceux qui ne trichent pas.

 

Nous sommes ici des catholiques qui ne trichent pas ; des protestants qui ne trichent pas; des juifs qui ne trichent pas; des libres penseurs qui ne trichent pas. C’est pour ça que nous sommes si peu de catholiques ; si peu de protestants ; si peu de juifs ; si peu de libres penseurs. Et en tout si peu de monde. Et nous avons contre nous les catholiques qui trichent ; les protestants qui trichent  ; les juifs qui trichent ; les libres penseurs qui trichent ; les Lavisse de tous les partis ; les Laudet de tous les bords. Et ça fait beaucoup de monde. Outre que tous les tricheurs ont une sûreté pour se reconnaître entre eux et pour s’appuyer une sûreté infaillible  ; une sûreté  invincible ; pour se soutenir ; une sûreté inexpiable. Une sûreté d’instinct, une sûreté de race, le seul instinct qu’ils aient, qui n’est comparable qu’à la sûreté profonde avec laquelle les médiocres reconnaissent et appuient les médiocres. Mais au fond n’est-ce pas la même. Et ne sont-ils pas les mêmes.

 

Si seulement nous les honnêtes gens nous étions fidèles à l’honnêteté comme la médiocrité est fidèle à la médiocrité.

Charles PéguyCahiers de la Quinzaine, XIV-6 – page 201 (1913)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s