« Le véritable prix de l’existence lui vient, non pas des plaisirs qu’on y goûte, mais des devoirs qu’on y accepte »

Le véritable prix de l’existence lui vient, non pas des plaisirs qu’on y goûte, mais des devoirs qu’on y accepte.

Antonin RondeletRéflexions de littérature, de philosophie, de morale et de religion (1881)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s