« On se réfugie dans ce qu’on ignore. On s’y cache de ce qu’on sait »

On se réfugie dans ce qu’on ignore. On s’y cache de ce qu’on sait.

L’inconnu est l’espoir de l’espoir. La pensée cesserait avec l’indétermination.

L’espoir est l’acte intime qui crée de l’ignorance, change le mur en nuage, – et il n’y a point de sceptique, de pyrrhonien si destructeur de raisonnements, de raison, de probabilité, et d’évidences, que l’est ce forcené démon de l’espoir.

Paul ValéryTel Quel (1941)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s