« Plus le corps est faible, plus il commande ; plus il est fort, plus il obéit »

Il faut que le corps ait de la vigueur pour obéir à l’âme : un bon serviteur doit être robuste.

[…] Plus le corps est faible, plus il commande ; plus il est fort, plus il obéit.

[…] Un corps débile affaiblit l’âme.

De là l’empire de la médecine, art plus pernicieux aux hommes que tous les maux qu’il prétend guérir.

Je ne sais, pour moi, de quelle maladie nous guérissent les médecins, mais je sais qu’ils nous en donnent de bien funestes : la lâcheté, la pusillanimité, la crédulité, la terreur de la mort : s’ils guérissent le corps, ils tuent le courage.

Que nous importe qu’ils fassent marcher des cadavres ? ce sont des hommes qu’il nous faut, et l’on n’en voit point sortir de leurs mains.

Jean-Jacques RousseauÉmile ou De l’éducation (1762)

https://app.wombo.art/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s