« Il faut des vertus qui fassent aimer et des défauts qui fassent craindre »

Il faut des vertus qui fassent aimer et des défauts qui fassent craindre.

Probablement ce sont les défauts qui vous manquent.

Joseph Joubert (1754-1824) – Journal intime (5 mars 1811)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s