« L’homme cultivé ne parvient pas avec le temps à posséder des vérités mais à flairer des erreurs »

Ce à quoi l’homme cultivé parvient finalement avec les années n’est pas tant à posséder des vérités qu’à flairer des erreurs.

[« Lo que el hombre culto al fin logra, con el correr de los años, no tanto poseer verdades como olfatear errores. »]

Nicolás Gómez DávilaEscolios a un texto implícito (1977)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s