« Un homme qui lit trop tombe vite dans la paresse d’esprit »

Lire, après un certain âge, détourne trop l’esprit de ses activités créatrices.

Un homme qui lit trop et utilise trop peu son propre cerveau tombe vite dans la paresse d’esprit, tout comme celui qui passe trop de temps au théâtre est tenté de se contenter de vivre par procuration au lieu de vivre sa propre vie.

[« Reading after a certain age diverts the mind too much from its creative pursuits. Any man who reads too much and uses his own brain too little falls into lazy habits of thinking, just as the man who spends too much time in the theater is tempted to be content with living vicariously instead of living his own life. »]

Albert EinsteinEntretien au Saturday Evening Post (1929)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s