« L’homme est ce qu’il mange »

L’homme est ce qu’il mange.

[Der Mensch ist was er ißt]

Ludwig Andreas FeuerbachLa Révolution et les sciences naturelles (1850)


Les philosophes se sont creusés la cervelle sur la question du lien entre le corps et l’âme ! Maintenant, nous savons, pour des raisons scientifiques, ce que les gens savaient depuis longtemps par expérience, que la nourriture et la boisson maintiennent le corps et l’âme ensemble, que le lien que nous recherchons est la nourriture.

[…] La nourriture est le « Hen kai pân » de Spinoza, le Tout, l’essence des êtres. Tout dépend de manger et de boire. La différence en substance n’est que la différence de nourriture.

[…] Être signifie manger ; ce qui est, mange et se mange. […] le début de l’existence est la nutrition ; la nourriture est le début de la sagesse. La première condition pour laquelle vous mettez quelque chose dans votre cœur et votre tête est : que vous mettez quelque chose dans votre estomac. […] la nourriture est de la pensée.

[…] La nourriture se transforme en sang, le sang en cœur et cerveau, en pensées et en sentiments. La nourriture humaine est la base de l’éducation et des attitudes humaines. Si vous voulez améliorer les gens, donnez-leur une meilleure nourriture au lieu de déclamations contre le péché. Tu es ce que tu manges.