« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait »

« […] Depuis longtemps ce mot demeure qu’on connaît avoir été fait par une forme de souhait  : « Ô si la jeunesse savait, Ô si la vieillesse pouvait » […] Et en cette forme […] ainsi on laisse le reste à entendre, le propos demeurant imparfait. […] Au lieu des deux vers susdits, il y a aussi ces quatre :

Si la jeunesse bien savait

Et aussi vieillesse pouvait

Au lieu du pêché qui abonde

Verrons vertu régner au monde

[…] Quant à moi j’en ajouterais volontiers quatre :

Maintes belles choses aurions nous

Maintes belles choses verrions nous

Desquelles aucune l’on ait

Desquelles aucune on ne voit

[…] Quelques autres langages ont des proverbes correspondants, notamment le grec :

« Aux jeunes les exploits, aux vieux les conseils »

Henri II EstienneLes Prémices, ou le livre des proverbes épigrammatisés (1594)

Statue d’Henri Estienne, Place de l’Hôtel-de-Ville à Paris (IVème)