« Il n’y a richesse, ni force que d’hommes »

« Il ne faut jamais craindre qu’il y ait trop de sujets, trop de citoyens : vu qu’il n’y a richesse, ni force que d’hommes. »

Jean BodinLes Six Livres de la République, V-II (1576)