« Lève-toi et tue le premier » : l’histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël

«  Face à celui qui vient te tuer, lève-toi et tue le premier.  » C’est par cette citation du Talmud que s’ouvre le livre-événement de Ronen Bergman, le premier ouvrage exhaustif sur les programmes d’assassinats ciblés menés par les services du Mossad, du Shin Bet et de l’armée israélienne.

Depuis les mois qui ont précédé la création de l’État jusqu’aux menaces les plus contemporaines, Israël s’est appuyé sur le renseignement et les opérations secrètes pour préserver sa sécurité en exécutant, sur son sol ou à l’étranger, ses ennemis. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les Israéliens ont ainsi éliminé  de manière ciblée  plus d’individus que n’importe quel autre pays occidental. Il a fallu plusieurs décennies d’enquête à l’auteur pour réunir ces milliers de documents – dont beaucoup sont encore aujourd’hui classifiés – et pour mener des centaines d’entretiens avec des responsables du Mossad, des anciens Premiers Ministres israéliens, ou encore des membres de commandos parfois célèbres, remontant ainsi toute la chaîne depuis les agents exécutants jusqu’aux plus hautes sphères politiques. Bergman nous fait revivre les grands succès de ces opérations secrètes, certains échecs également, et écrit ainsi une histoire parallèle de l’État hébreu. Une histoire de l’ombre dont on comprend dès les premières pages qu’elle est ancrée dans l’ADN de la nation israélienne.

Il s’agit d’un projet extrêmement ambitieux mais aussi d’un fabuleux page-turner qui se dévore, chapitre après chapitre, à l’instar des meilleures séries télévisées. Et pourtant nous ne sommes pas du côté de la fiction, Bergman nous raconte un monde secret mais bien réel qui continue, encore aujourd’hui, de modeler le Moyen-Orient et les relations internationales.

Traduit de l’anglais par  Johan-Frédérik Hel GuedjLire un extrait (Grasset)


Rencontre avec le journaliste d’investigation Ronen Bergman, auteur de «Lève-toi et tue le premier», enquête consacrée à l’histoire des assassinats ciblés menés par Israël, animée par Dov Alfon, écrivain et journaliste à Haaretz.

 


Steve Nadjar reçoit le journaliste Ronen Bergman (Yediot A’haronot, New York Times Magazine), à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, « Lève-toi et tue le premier. L’histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël » (Grasset).

C’est un best-seller mondial, un livre passionnant qui nous fait pénétrer dans les coulisses des services secrets israéliens. Son titre : « Rise And Kill First », autrement dit « Lève-toi et tue le premier » dans la traduction française Johan-Frédérick Hel Guedj pour Grasset.

Découvrez notre invité, le journaliste spécialiste du renseignement et auteur d’un livre sur le Mossad, Ronen Bergman. Son portrait est signé Gaël Legras.

The often ruthless work of spy agencies like Israel’s Mossad is justified when it saves hundreds or thousands of lives. That’s the view of journalist Ronen Bergman, who’s spent almost ten years researching and writing a book on Mossad. He tells us about the organisation’s successes and failures, as he admits innocent people have died and that killing a man no longer requires even the prime minister’s approval. It’s a hard-hitting image of Mossad, but one he says is understandable for a country constantly battling terrorism. His book « Rise and Kill First » has just been published in French.

«Lève-toi et tue le premier»: les secrets du Mossad à livre ouvert (Le Figaro)

CHRONIQUE – Le journaliste israélien Ronen Bergman publie un livre à la fois équilibré et rempli de révélations sur les services secrets de son pays. Une leçon d’histoire sans leçon de morale. À lire d’urgence, selon notre chroniqueur Charles Jaigu.

Physique de séducteur mais patience de journaliste investigateur: cette combinaison a sans doute aidé Ronen Bergman, spécialiste des questions de défense, à faire parler les maîtres-espions et les généraux. Il en est sorti 944 pages, dont 100 de notes, qui retracent 110 ans d’actions clandestines au nom du rêve sioniste. Quand son éditeur américain lui a proposé d’écrire ce livre en 2010, Bergman était convaincu qu’il le rendrait un an plus tard. Il lui en a fallu six de plus. «Je me suis vite rendu compte que je voulais des entretiens sourcés, des faits vérifiés et recoupés, et cela m’a pris beaucoup plus de temps.»

Il était impossible d’ouvrir les archives du Mossad ou du Shin Bet (le service israélien de contre-espionnage), toujours protégées par le secret d’État. Mais soixante ans après la création d’Israël, les protagonistes étaient mûrs pour sortir du silence et de la clandestinité. «Ils ont accepté de me parler parce qu’ils voulaient faire savoir ce qu’ils avaient fait pour leur pays.» Les anciens premiers ministres, ministres de la Défense, mais aussi les patrons de tous les services, se sont donc mis à table, en racontant les vraies erreurs, les faux succès, et les réussites incontestables.

Une matière si riche que la chaîne HBO prépare avec l’auteur une série de fiction pour la télévision. «Beaucoup de choses avaient été écrites sur le Mossad, mais c’était approximatif et mal sourcé», nous dit Bergman. Par exemple le film Munich , de Steven Spielberg, qui relate la prise en otage des athlètes pendant les Jeux olympiques de 1972, est de bout en bout «un tissu d’invention, basé sur un livre faux».

Lire la suite