Détroit de Béring : le « Rideau de Glace »

LE DETROIT DE BÉRING, PONT OU FRONTIERE ? (ARTE – Le Dessous des cartes)

Le détroit de Béring sépare la Russie des États-Unis, ainsi que l’océan Arctique de l’océan Pacifique. L’une de ses particularités est d’être traversé par la ligne de changement de date, en rouge sur la carte. Ce qui signifie que les deux rives du détroit sont en permanence séparées par 24 heures. Sa largeur minimale est de 85 kilomètres et le détroit est peu profond, ce qui explique qu’il n’y ait pas toujours eu de détroit à cet endroit.

 


Carte. Le détroit de Béring : un point de rencontre oublié entre les « Deux Grands » (Diploweb)

Le détroit de Béring est le point le plus rapproché entre les « Deux Grands », incarnant le « Rideau de Glace » méconnu. Il faut donc éclairer ce lieu stratégique, plus important qu’il ne le semble. Alors que représente-t-il, quel est son rôle ? Est-il juste une zone de tension, ou peut-il devenir facteur de coopération ? Cette présente un commentaire de la carte qui se trouve en pied de page.

« Ô vous, Colombs russes, qui des périls du destin vous riez ;
Entre les monts d’Ida, un nouveau chemin vers l’est ouvrirez ;
Et sur les rivages d’Amérique, notre Etat nous implanterons… »
Mikhaïl Lomonossov, Les Colombs russes, 1747

C’est l’introduction du livre d’Owen Matthews, Nicolaï Rezanov – Le rêve d’une Amérique russe. Elle marque le début de l’intérêt du détroit de Béring et de la relation Russie/Etats-Unis.

Quel est l’importance de ce détroit ? Dans l’imaginaire collectif, la confrontation Etats-Unis/Russie se visualise en Europe par le Rideau de fer (1947-1989), cristallisant l’unique ligne de front directe. Or, le détroit de Béring est le point le plus rapproché entre les « Deux Grands », incarnant le « Rideau de Glace » méconnu. Il faut donc éclairer ce lieu stratégique, plus important qu’il ne le semble. Alors que représente-t-il, quel est son rôle ? Est-il juste une zone de tension, ou peut-il devenir facteur de coopération ? Nous verrons que sa fonction est double.

Pourquoi n’est-il pas plus connu ? Bien souvent, injustement coupé sur les cartes, relégué à leur extrémité, il n’est pas ou peu remarqué. Ce détroit de 85 km de large était à l’ombre du Rideau de fer européen de 8500 km, et situé dans une zone très peu peuplée, contrairement à l’Europe. Mais, il était tout aussi stratégique pour Soviétiques qu’Américains. De plus, Béring est éclipsé par des détroits et canaux plus fréquentés : Malacca, Suez, Panama.

Véritable accès à l’« autre terre » entre Eurasie et Amérique, c’est aussi la ligne internationale du changement de date. De manière insoupçonnée, Béring concentre plusieurs fonctions : un séparateur terrestre Asie/Amérique, un séparateur océanique Arctique/Pacifique, un séparateur temporel, et un séparateur géopolitique, voire civilisationnel. Le tout en fait un véritable carrefour.

Historiquement, Béring a été le point de départ de la colonisation russe en Amérique avec divers comptoirs et colonies le long des côtes. Son avancée maximale atteignit Fort Ross (au Nord de San Francisco) et l’île Kauai dans l’archipel d’Hawaï. Pour découvrir le sujet, le roman historique d’Owen Matthews précédemment cité raconte brillamment cette aventure.

Depuis 1867, par le détroit de Béring, Russie et Etats-Unis partagent donc une frontière commune. Insuffisamment mise en avant, peu le savent. Il illustre comme si les « Deux Grands » se touchaient du doigt, traduisant à la fois proximité et méfiance. C’est là son formidable contraste. Certes, si le détroit n’était pas traversé par l’océan, il est certain qu’une frontière terrestre commune Etats-Unis/Russie aurait été aussi importante que la DMZ entre les deux Corées. D’ailleurs, le parallèle n’est pas sans intérêt. La récente relative baisse de tension entre les deux Corées pourrait relancer leur frontière militarisée en un lieu de contact et d’échanges, laissant entrevoir un début d’ouverture. Les frontières ne sont pas forcément des lieux de fermeture. Il pourrait en être de même pour le Détroit de Béring. L’avenir le dira. Après tout, ces deux frontières stratégiques ne sont-elles pas situées dans la même région du Pacifique Nord ?

Ce qui nous amène à la dimension économique. La naissance des routes maritimes du Nord vise à développer l’Extrême-Orient russe, l’Alaska, et les façades maritimes des pays côtiers. Le passage du Nord est un atout majeur puisqu’il réduit le transit time (= le temps passé en mer) vers l’Europe par un trajet plus court que l’itinéraire traditionnel du Sud. Etats-Unis et Canada comptent aussi capter les flux maritimes de leur côté. Les routes du Nord présentent donc un bénéfice commun aux pays exportateurs de la région : Chine, Corée du Sud, Taïwan, Japon. L’Arctique a donc ici son rôle comme nouveau territoire à revendiquer, et le détroit de Béring est ici le point d’entrée.

Ensuite, un acteur inattendu prend place : le Japon. Puissance insulaire, sa dimension thalassocratique s’explique par son territoire restreint et son besoin de ressources. En ce sens, le Japon entend bien profiter du passage par le Nord au moyen de sa position sur les routes commerciales du Pacifique, et asseoir sa souveraineté en mer.

Dans le domaine militaire, Béring incarne encore aujourd’hui une frontière en litige entre Russie/Etats-Unis. La disposition des bases militaires, le long des côtes, converge vers Béring, tel un choc frontal. En les comparant, elles sont 2 fois plus nombreuses en faveur des Etats-Unis, justifiant son intérêt géostratégique. Cette disproportion montre bien la volonté de contrebalancer les puissances asiatiques.

Enfin, la question que chaque lecteur se pose en regardant la carte : la Russie voudrait-elle récupérer l’Alaska ? Certes, chaque pays a des buts non avoués. S’il n’y a pas de débat politique sérieux, quelques personnalités et groupes d’activistes remettent cette question en place publique. Par exemple, en 2014, une pétition sur le site web de la Maison Blanche (Etats-Unis) pour restituer l’Alaska à la Russie a recueilli près de 35 000 signatures. Mais, aucune mesure n’a suivi.

Au final, le rôle de Béring est en évolution. À mesure que la route du Nord va se dégager et son trafic augmenter, l’importante et la valeur du détroit va se renforcer. Chaque pays côtier du Pacifique Nord a son intérêt dans Béring : débouché, solution de transport, stratégie… Le « Rideau de Glace » pourrait se réchauffer. Le rapport de forces peut permettre de considérer que Béring détenu à 50 % par la Russie et les Etats-Unis, pour l’instant. Un projet de pont ou de tunnel sous-marin est à l’étude, mais semble compliqué à se lancer pour des facteurs de faisabilité et de financement.

Par David TEUSCHER, le 20 mars 2019.

Après une licence de commerce international, il est diplômé du Master géopolitique de Reims depuis juin 2017. Il prépare actuellement le CAPES d’Histoire-Géographie. Il développe une spécialité sur la géopolitique interne de l’Amérique du Nord, et les problématiques séparatistes plus largement. Depuis plusieurs années, il développe une recherche sur les perspectives d’évolution territoriale des États-Unis. Il travaille en indépendant à la réalisation de cartes et d’articles. Ses premiers travaux ont été publiés sur Diploweb.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s