Terres, pouvoirs et conflits : une agro-histoire du monde

La terre prodigue ses ressources et confère la puissance à ceux qui se l’approprient. Les sociétés n’ont eu de cesse de se battre et de mourir pour elle : conquêtes, guerres civiles, autoritarismes, etc. Parce que la possession de la terre demeure un moteur politique décisif, Pierre Blanc revisite l’histoire contemporaine en plaçant la question foncière au coeur des logiques de pouvoir.

Des fascismes européens aux dictatures latino-américaines, de la révolution chinoise aux guérillas colombiennes, combien de séquences politiques ont eu pour arrière-plan une terre mal distribuée ? Des États-Unis dans la guerre froide à la Russie d’aujourd’hui, de la Chine aux pays du Golfe qui investissent dans le monde, combien de pays ont exprimé une volonté de puissance et de sécurité par leur emprise foncière ? Des Kurdes aux Tibétains, des Palestiniens aux Ouïgours chinois, combien de peuples ont vu leurs terres se dérober et leur rêve de reconnaissance ainsi entravé ?

Une agro-histoire du monde pour comprendre les enjeux géopolitiques du XXIe siècle.


Instabilité, puissance, société, alimentation, climat, biodiversité… : le sol est un des enjeux politiques majeurs pour le XXIe siècle. L’Observatoire de l’agriculture de la Fondation Jean-Jaurès a reçu Pierre Blanc, enseignant-chercheur en géopolitique, pour en débattre.

Dans son dernier livre, Terres, pouvoirs et conflits. Une agro-histoire du monde (Presses de Sciences Po, 2018), Pierre Blanc, enseignant-chercheur en géopolitique à Bordeaux Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux, retrace l’histoire du monde en plaçant la question foncière au cœur des logiques de pouvoir. Il y démontre que les inégalités d’accès et de possession de la terre ont été et demeurent un moteur politique décisif.

Il a présenté ses travaux au cours d’un échange avec le député Dominique Potier, co-rapporteur d’une mission d’information sur le foncier agricole à l’Assemblée nationale et directeur de l’Observatoire de l’agriculture et du monde rural de la Fondation Jean-Jaurès.


Fascismes européens, dictatures latino-américaines, révolution chinoise, guérillas colombiennes, autant d’évènements de l’histoire qui ont eu pour arrière-plan une terre mal distribuée. Comment l’histoire a-t-elle créé les inégalités d’accès à la terre si porteuse de dérives politiques du XXème siècle à aujourd’hui ? Comment l’inégalité foncière intervient-elle dans la violence politique depuis l’insurrection, voire la révolution jusqu’à l’autoritarisme ? Après avoir produit de la concentration, puis de l’instabilité, l’égalité foncière s’est-elle généralisée dans le monde ? Ou au contraire la re-concentration s’impose-telle à nouveau partout et avec quels risques ?

Invité :Pierre Blanc, enseignant à Bordeaux Sciences Agro et à Sciences Po Bordeaux. Chercheur au Laboratoire les Afriques dans le monde, et rédacteur en chef de la revue Confluences Méditerranées. « Terres, pouvoirs et conflits, une agro histoire du monde », éditions Presses de Sciences Po.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s