« Souffrir l’imperfection des hommes, et tendre de toutes ses forces à la perfection dans les choses »

Il faut, quand on gouverne, voir les hommes tels qu’ils sont, et les choses telles qu’elles doivent être ; souffrir l’imperfection des hommes, et tendre de toutes ses forces à la perfection dans les choses : car à la longue les bonnes institutions rendent les hommes meilleurs ; beaucoup de gens, au contraire, demandent la perfection dans les hommes, et sont toujours contents des choses, quelles qu’elles soient.

Louis de Bonald (1754-1840) – Pensées diverses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s