« Il n’y a point de plus haute vengeance que l’oubli »

Savoir jouer de mépris.

Le vrai secret d’obtenir les choses qu’on désire est de les mépriser.

D’ordinaire on ne les trouve pas quand on les cherche ; au lieu qu’elles se présentent d’elles-mêmes quand on ne s’en soucie pas.

Comme les choses de ce monde sont l’ombre du ciel, elles tiennent cette propriété de l’ombre, qu’elles fuient celui qui les suit, et poursuivent celui qui les fuit.

Le mépris est aussi la plus politique vengeance. […] Il n’y a point de plus haute vengeance que l’oubli ; car c’est ensevelir ces gens-là dans la poussière de leur néant.

[…] L’art de réprimer la médisance, c’est de ne s’en point soucier. Y répondre, c’est se porter préjudice ; s’en offenser, c’est se décréditer, et donner à l’envie de quoi se complaire ; car il ne faut que cette ombre de défaut, sinon pour obscurcir entièrement une beauté parfaite, du moins pour lui ôter son plus vif éclat.

Baltasar GracianL’Homme de cour (1647)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s