« Il faut bien connaître les préjugés de son siècle, afin de ne les choquer pas trop, ni trop les suivre »

Il faut bien connaître les préjugés de son siècle, afin de ne les choquer pas trop, ni trop les suivre.

Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (1689-1755) – « Mes pensées »

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s