« Prenez garde à la tristesse, c’est un vice »

À quoi sert de recreuser sa tristesse ?

Il faut se poser vis-à-vis de soi-même en homme fort ; c’est le moyen de le devenir.

Un peu plus d’orgueil, saprelotte !

[…] Prenez garde à la tristesse. C’est un vice.

On prend plaisir à être chagrin et, quand le chagrin est passé, comme on y a usé des forces précieuses, on en reste abruti.

Alors on a des regrets, mais il n’est plus temps.

Gustave FlaubertLettre à Guy de Maupassant (1878)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s