« Et les blancs sont partis… »

Reportages au coeur de la fracture ethnique, qui montrent que, malgré le  tabou dans l’espace public, la France est aujourd’hui multiculturelle.

« Et les Blancs sont partis. » Ces mots sont ceux de beaucoup de gens croisés en reportage. Des mots entendus dans la bouche de Marocains, d’Algériens, d’Ivoiriens, de Maliens, de Sénégalais… qui s’en désolent et le déplorent le plus souvent. Du « départ des Blancs », ils sont les premières victimes.

Fruit de dix années d’enquêtes dans les cités, ce livre analyse la « ghettoïsation ethnique » à l’œuvre dans la société française. Si l’expression est imprononçable dans notre République, elle est pourtant une réalité pour qui prend la peine d’aller et de revenir dans les quartiers les plus pauvres du pays.

Arthur Frayer-Laleix plonge avec cet ouvrage au cœur de la fracture ethnique française : il raconte notamment les services publics ségrégués, les discriminations à la couleur de peau, l’absence d’élus de la diversité à la tête de nos grandes villes et la surreprésentation des hommes issus de l’immigration dans nos prisons.

Éditions FayardLire un extrait

Arthur Frayer-Laleix, 38 ans, est reporter indépendant. Il collabore avec la revue Zadig, Le Monde, Les Échos et le site d’information StreetPress. Depuis son immersion en prison pour laquelle il s’est fait engager comme surveillant (Dans la peau d’un maton, Fayard, 2011), il travaille sur les banlieues françaises.


A l’occasion de la parution de son ouvrage « Et les Blancs sont partis » consacré à la ghettoïsation des banlieues, Bruno Duvic reçoit le journaliste et reporter Arthur Frayer-Laleix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s