« Ce qui n’est pas utile à l’essaim n’est pas non plus utile à l’abeille »

Ce qui n’est pas utile à l’essaim ne peut pas non plus être utile à l’abeille.

Marc-AurèlePensées pour moi-même / VI-LIV (170-180), traduction de Jules Barthélémy-Saint-Hilaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s