« Droit extrême, extrême injustice »

Summum jus, summa injuria

CicéronTraité des devoirs / De officiis (44 a.v J-C)

L’essence de la justice est d’abord de ne nuire à personne ; en second lieu, de veiller à l’utilité publique. Quand l’intérêt public ou privé vient à changer, le devoir change et varie avec lui. […] On commet encore bien des injustices en tirant un parti coupable des lois, qu’on affecte d’interpréter avec une scrupuleuse exactitude, et dont on dénature l’esprit. De là ce proverbe : Droit extrême, extrême injustice. Les hommes chargés des intérêts publics commettent souvent des injustices de ce genre.


Ius summum saepe summast malitia : « la justice extrême est souvent une extrême méchanceté »

TérenceHeauton Timorumenos / Le Bourreau de soi-même (c. -163 av. J-C)


Une excessive rigueur dans l’administration de la justice aurait tous les caractères d’une tyrannique oppression : summum jus, summa injuria. Le bien se trouve entre deux limites ; il finit toujours où l’excès commence.