« L’homme est un loup pour l’homme »

« Lupus est homo homini, non homo, quom qualis sit non novit. »

Plautus (c. 254 av. J.-C – 184 av. J.-C.) – Asinaria

LÉONIDAS : Je suis homme aussi bien que toi.

LE MARCHAND : Je n’en disconviens pas.

LÉONIDAS : Suis-moi donc. Soit dit sans me flatter, on n’a jamais eu rien à me reprocher, et il n’y a aujourd’hui dans Athènes personne à qui l’on puisse se fier mieux qu’à moi.

LE MARCHAND : Possible ; mais vous ne m’amènerez pas à vous remettre cet argent sans vous connaître. L’homme qu’on ne connaît pas n’est pas un homme, c’est un loup.

L’Asinaire, la comédie des ânes


📏 Pour Hobbes, l’invention de l’Etat a pour point de départ le désir des hommes de sortir de l’état de nature dans lequel règne la guerre de tous contre tous. L’homme serait ainsi un être naturellement égoïste et violent, seulement motivé par la satisfaction de son intérêt privé. Analyse de cette conception.