« Il sied au progrès de respecter ce qu’il remplace »

« Je ne veux conclure que ceci : c’est que les choses même qu’on a bien fait de changer, ont eu du bon, qu’il est sage de s’en souvenir pour changer sans bouleverser, et qu’il sied même au progrès de respecter ce qu’il remplace. »

Désiré Nisard (1806-1888) – Aegri somnia : pensées et caractères