« On écrit parce que personne n’écoute »

“On écrit parce que personne n’écoute.”

Georges PerrosPapiers Collés II (1973)