Une histoire de la Nouvelle-France

Français et Amérindiens, histoire d’une rencontre

En 1534, Jacques Cartier entreprend une série de trois voyages d’exploration et de colonisation au Canada. À sa suite, les Français investissent dans la pêche à la morue et commercent avec les populations autochtones : ils troquent des chaudrons de cuivre, des haches, des couteaux ou de simples perles de verre contre de précieuses peaux de castor, de loutre et de martre. Avant de pouvoir se parler, Français et Amérindiens échangent des biens qui ont pour eux le charme de la nouveauté et de l’exotisme.

C’est en retraçant la circulation de ces objets que Laurier Turgeon, historien et ethnologue, nous fait découvrir l’histoire des premiers contacts franco-amérindiens. En nous racontant la pêche à la morue, le commerce des fourrures ou l’usage du cuivre et de la verroterie en Amérique du Nord, il nous offre un récit entièrement renouvelé de la naissance de la Nouvelle-France. D’une grande originalité, ce livre repose sur un vaste ensemble de sources – imprimées, manuscrites et archéologiques – largement inédites.

Laurier Turgeon est professeur d’histoire et d’ethnologie à l’université Laval (Canada) et auteur notamment de Patrimoines métissés : Contextes coloniaux et postcoloniaux (Prix Luc-Lacourcière, 2005). Membre de l’Académie des arts, lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada, il a été titulaire de la William Lyon Mackenzie King Chair à l’université Harvard.. Pour cet ouvrage, l’auteur a bénéficié d’un poste de directeur d’études associé à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (Paris).


L’année 1534 est une date fondatrice pour l’histoire de la colonisation et l’histoire des Amériques. C’est le début de la série des trois voyages entrepris par Jacques Cartier pour explorer et coloniser le Canada. Mais, on oublie souvent que ce phénomène de colonisation ne fut ni simultané ni directement consécutif à la phase de contact et de rencontres entre les Amérindiens et les Français. Cette phase de contact fut longue et diverse en fonction des époques et des ères géographiques. Comment l’appréhender aujourd’hui sinon parce qui nous en reste de plus matériel? Et notamment les objets trouvés dans les sépultures des Amérindiens et longuement évoqués dans les manuscrits de la période. L’historien Laurier Turgeon nous propose une histoire originale de la Nouvelle-France à travers celle de quatre éléments : la morue, le castor, le cuivre, et les perles de verre. Il est ici interrogé par Mari-Gwenn Carichon.

L’auteur Laurier Turgeon, est historien et ethnologue a l’Université de Laval (Canada), membre de la Société royale du Canada, Académie des arts, des lettres et des sciences humaines. Il est également rédacteur en chef de la revue Ethnologies. Spécialiste d’histoire culturelle et des relations entre le Canada et la France, il écrit et collabore à plusieurs ouvrages et revues. Son livre Patrimoines Métissés. Contextes coloniaux et postcoloniaux (Presses de l’Université de Laval, 2003) a été récompensé par le prix Luc-Lacourcière en 2015. Il dirige également l’encyclopédie en ligne: Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française . Avec son dernier livre, Une histoire de la Nouvelle-France, Laurier Turgeon nous propose une lecture originale de l’histoire commune de la France et de la Nouvelle-France

 


Conférence de Laurier Turgeon, professeur d’histoire et d’ethnologie à l’Université Laval à Québec (15 février 2020).

L’épopée des premiers Français au Canada (Le Point)

Cartier et Champlain ont raflé la gloire. Mais un livre passionnant raconte la vie des pêcheurs normands, bretons et basques, explorateurs de ces contrées.

On connaissait évidemment les trois voyages du Malouin Jacques Cartier (1534, 1535, 1541), incité par François Ier à partir reconnaître les « Terres Neuves », en l’occurrence, ce qui deviendra le golfe du Saint-Laurent, la future ville de Québec et Montréal. On a entendu parler de Samuel de Champlain, fondateur de la première véritable colonie de Québec au début du XVIIe siècle, seigneur du Brouage qui s’en alla, missionné par un Henri IV désireux de stimuler le commerce international et de redonner une place sur les océans à une France ravagée par les guerres civiles. Mais quid de l’intervalle de ces décennies qui séparent ces deux bornes incarnées par des personnages trouvant facilement leur place dans les manuels ? Ne s’est-il rien passé ? Y eut-il ce vide de l’Histoire comme on nous l’enseigne, trop rapidement ? La réalité, comme toujours, est bien moins simple et plus passionnante.

Lire la suite


Une histoire de la Nouvelle France – Français et Amérindiens au XVIe siècle (Clionautes)

Laurier Turgeon est professeur d’histoire et d’ethnologie à l’Université Laval, Canada. Son but dans cet ouvrage est de rompre avec l’histoire de l’implantation des Français au Canada mais de tenter une histoire de la rencontre Français – Amérindiens au XVIe siècle. Il développe dans son introduction ses intentions, sa méthode : comparer des cultures pour mesurer les interactions, les transformations tant pour les cultures amérindiennes que pour les voyageurs, marins, marchands pendant le premier siècle de présence européenne, période mal connue qui précède la véritable colonisation au XVIIe siècle.

L’auteur choisit, pour cette étude de s’appuyer sur la culture matérielle qui concrétise les échanges interculturels, le déficit de sources écrites du côté amérindien est comblé grâce aux traces archéologiques qu’il confronte aux textes français : récits de voyage, contrats notariés. L’ouvrage est structuré en quatre chapitres consacrés chacun à un objet : Chaudrons et perles, morue et peaux de castors.

Lire la suite


“Une histoire de la Nouvelle-France” : récit des rencontres entre Français et Indiens d’Amérique (Valeurs actuelles)

En étudiant la “ biographie ” de quatre objets, l’historien et ethnologue Laurier Turgeon livre une histoire originale des rapports entre Français et Amérindiens au XVIe siècle.

Un homme blanc arrive dans un village indien et propose à un habitant de lui échanger son arc contre sa montre. L’Indien accroche la montre au mur de sa maison pour en faire un objet de décoration. L’homme blanc trouve cela absurde, rentre chez lui et place son arc au-dessus de la cheminée. C’est l’histoire qui se raconte au Brésil pour suggérer la relativité des comportements culturels. Histoire un peu politiquement correcte sans doute, mais qui n’en pose pas moins la question de la réappropriation des objets, et leur changement de signification, lors d’échanges interculturels.

C’est par ce biais que Laurier Turgeon, professeur à l’Université Laval (Québec), a relu l’histoire des premiers contacts entre Français et Amérindiens au cours du XVIe siècle, pour montrer comment les sociétés amérindienne et française ont été transformées par les échanges qui ont découlé de cette rencontre. Histoire atypique, loin des monographies traditionnelles, écrite par un historien qui est aussi ethnologue, et qui se sert de ses deux casquettes pour suivre quatre “ objets ” (la morue, la fourrure de castor, le chaudron de cuivre et les perles), en identifier l’usage dans la culture d’origine, en retracer le “ parcours transculturel ”, puis en repérer le nouvel usage dans la culture de réception.

Lire la suite


La Nouvelle-France revisitée (Non Fiction)

Une relecture de l’histoire des contacts entre Français et Amérindiens en Nouvelle-France, à travers les objets et les représentations qu’ils sous-tendent.

Prenant la suite de ses précédents travaux portant sur le patrimoine immatériel de la Nouvelle-France et sur le rapport entre les territoires, Laurier Turgeon apporte une vision transversale de l’histoire de la Nouvelle-France, décentrée du seul regard européen. Cette histoire matérielle met en perspective les rapports différents aux espaces et aux ressources des deux côtés de l’Atlantique par le biais de quatre objets emblématiques : la morue, la peau de castor, les chaudrons de cuivre et les perles européennes.

Lire la suite