Police scientifique : le crime à la loupe

Sur les scènes de crime, les experts de la police et de la gendarmerie sont devenus incontournables. Ces hommes et ces femmes, qui font parler les indices laissés par les malfaiteurs, sont aujourd’hui plus de 3000 en France à mener l’enquête en s’appuyant sur la science. Des centaines de films les ont mis à l’honneur et les spectateurs ont l’impression de tout connaître de l’univers de la police scientifique. Pourtant, les méthodes et les formations de ces agents, pas tout à fait comme les autres, restent méconnues du grand public. 

Depuis 30 ans, le métier ne cesse de se métamorphoser. Certaines techniques découvertes au début du XXe siècle sont toujours utilisées mais elle sont renforcées par des technologies toujours plus performantes. La génétique et l’informatique permettent désormais de résoudre des dossiers vieux de plus de dix ans. Lors des attentats de 2015, les scènes de crime sont devenues immenses. Les experts jouent alors un rôle déterminant aux côtés des enquêteurs de l’antiterrorisme. Et depuis la technologie a encore évolué. De nouvelles révolutions sont déjà en cours.

Descente au coeur de de la criminalistique !

Un film réalisé par Thomas Dandois et co-réalisé par Alexandra Kogan – Produit par Memento avec la participation de France Télévisions – Voir sur Rutube


http://www.youtube.com/watch?v=qVES_31zpiM

Après la diffusion du documentaire, Marina Carrère d’Encausse propose un débat avec plusieurs invités : 

  • Bruno Py, professeur de droit pénal, Université de Lorraine
  • Sylvain Cormier, avocat, fondation d’Innocence Project France
  • Dominique Henry, ancienne institutrice et agricultrice, a refusé de laisser prélever son ADN après avoir été interpellée et poursuivie pour avoir participé au démontage de la salle de traite de la ferme des 1 000 vaches en 2014. Elle se proclame militante mais pas délinquante et refuse d’être fichée. Elle a été condamnée puis finalement relaxée en appel, Elle fait de son affaire un combat collectif, contre le fichage des militants
  • Florence Mouraret, commissaire divisionnaire et chef du pôle judiciaire du SCPTS (service central de police technique et scientifique à  Ecully)
  • Patricia Tourancheau, Journaliste spécialiste des crimes et faits divers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s