Corleone, le parrain des parrains

[Disponible jusqu’au 26 octobre 2019]

Comment, de 1977 à 1994, Totò Riina a régné par le sang et la terreur sur la mafia de Sicile. Un récit implacable, fondé sur le témoignage de ses hommes et de ceux qui les ont combattus, réalisé par Mosco Levi Boucault. Premier volet.

Des origines – ces hommes de main chargés par l’aristocratie sicilienne de surveiller les paysans travaillant ses terres – à la « guerre de mafia » qui, de 1979 à 1982, a vu les hommes de Totò Riina, dit la « Belva », le fauve, chef depuis cinq ans du clan de Corleone, bourgade proche de Palerme, décimer les familles rivales pour prendre le contrôle de Cosa Nostra, cette première partie retrace l’ascension d’un « pur criminel », selon le mot de l’un de ses proches. Né en 1930 au sein d’une famille de paysans pauvres, Riina perd son père à 13 ans, commet son premier meurtre à 19, et, sept ans plus tard, libéré de prison, entame une vie de violence sans précédent.

Tragédie

Documentariste chevronné et tenace, Mosco Levi Boucault raconte, en témoignages et en archives, une histoire si célèbre qu’elle a inspiré une série de la télé italienne en 2007. Mais en parvenant à faire parler certains des anciens tueurs de Riina, aujourd’hui « repentis », dont il confronte les récits avec celui, entre autres, de l’ex-procureur Giuseppe Ayala, il dévoile la vérité humaine et la nature tragique à l’œuvre dans l’enchaînement des faits. Détaillant leur quotidien de bourreaux au service de celui qu’ils décrivent comme un maître tragediatore (en sicilien, manipulateur, calomniateur), ses interlocuteurs font apparaître dans toute sa crudité la mécanique barbare qui tint Palerme en son pouvoir presque absolu et, a contrario, le courage de ceux qui se sont dressés contre elle.

Corleone le parrain des parrains – Documentaire de Mosco Levi Boucault (France, 2013, 1h18mn) – ARTE

Ce second volet relate l’offensive de la justice à partir de 1983, les assassinats répétés de policiers, de magistrats et de représentants politiques commandités par Riina ayant fini par entraîner une réaction de l’État. Déterminé à mettre fin à l’impunité de la Mafia, le juge Giovanni Falcone fait extrader Tommaso Buscetta, un « vaincu » dont Riina a fait massacrer plusieurs proches, et le convainc de parler. De février 1986 à décembre 1987, le « maxiprocès » expose pour la première fois la nature et le fonctionnement de Cosa Nostra, pour condamner 475 inculpés à deux mille six cent soixante-cinq années de prison. Dix-neuf des chefs, dont Riina, écopent de la perpétuité. Jugé par contumace, ce dernier, une fois sa peine confirmée en appel, en 1992, sombre dans une fureur sanguinaire, tuant les juges Falcone et Borsellino. Le « parrain des parrains » sera arrêté début 1993, à Palerme, après vingt-quatre ans de cavale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s