Quand la justice se trompe

Dossiers égarés, convocations hors délais, erreurs de date… « Envoyé spécial » a enquêté sur ces dysfonctionnements qui peuvent conduire à la remise en liberté de criminels présumés.

Condamnée à vingt ans de prison pour violence ayant entraîné la mort de sa fille de 5 ans, Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona vient pourtant de retrouver la liberté… à cause d’une simple erreur de procédure. A cause d’une erreur de lecture dans le bureau du juge des libertés et de la détention, la détention provisoire d’un meurtrier présumé, qui s’est lui-même rendu à la police, ne peut être prolongée… Il est donc libéré en attendant son procès. Le meurtrier a avoué, mais il est libre… A Villefranche-sur-Saône, la famille de Mohamed, assassiné en 2001, désespère quant à elle d’obtenir un jour justice : le meurtrier présumé a avoué mais il est libre car des pièces essentielles du dossier ont tout bonnement été perdues.

Un reportage d’Alice Gauvin, Pauline Juvigny, Elouën Martin et Soline Braun. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s