Le Gouvernement secret

Matières à penser – Le Gouvernement secret (France Culture)

Du « secret du Roi » de Richelieu à la série « Le bureau des légendes » en passant par Fouché, l’existence d’un « gouvernement secret » n’a cessé de hanter la politique. Le fait est que la collecte d’informations confidentielles recueillies à l’insu de tous, est une pratique très ancienne. Elle pose des difficultés particulières à une démocratie censée agir en toute transparence sous le regard de tous ; d’autant plus pressantes que la démocratie a paradoxalement plus besoin de services de renseignements parce que les citoyens y sont plus libres et qu’il faut limiter le recours à la force. Un « gouvernement bien informé » est encore plus nécessaire lorsque le monde devient de plus en plus dangereux comme aujourd’hui.

Examen d'un fichier top secret à la loupe


Les enjeux contemporains du renseignement (1/5)

Le terrorisme ou l’intelligence économique ont montré à nos concitoyens la nécessité d’un renseignement efficace et loyal, d’où la nécessité de commencer par un tour d’horizon des problèmes, anciens et nouveaux, qui traversent ce qu’il convient d’appeler « la communauté du renseignement ».

(Dès la Troisième République Française) Les politiques n’osaient pas assumer leur relation avec les renseignements (ces choses-là ne sont pas censées exister). La seule manière dont le renseignement s’inscrit dans l’actualité, c’est le scandale. Le dernier grand scandale qui a marqué la fin du déni, c’est l’affaire du Rainbow Warrior.

Le renseignement n’est plus dans une tour d’ivoire, il est sur le terrain de la vie sociale comme les autres composants de l’action publique.

Il faut distinguer dans le renseignement la collecte et l’exploitation. Une information ne devient du renseignement que lorsqu’elle est exploitée. Bien évidemment, la collecte de l’information est un art que nous pratiquons tous […] Notamment avec les outils numériques. En revanche, nous ne pratiquons pas le renseignement, parce que nous ne l’exploitons pas à des fins stratégiques.

Intervenant
  • Bertrand Warusfel – Professeur à l’Université 8, avocat au barreau de Paris, vice-président de l’Association française de droit de la sécurité et de la défense

Extrait musical : Lester Young – Love me or leave me

Pour en savoir plus : Bertrand Warusfel sur le site de l’AFDSD (Association Française de Droit de la Sécurité et de la Défense).


Bernard Bajolet, ancien directeur de la DGSE : « Le secret a pour but de protéger l’État et nos sources » (2/5)

Si l’on distinguait hier très clairement le Renseignement intérieur du Renseignement extérieur et du contre espionnage, cette frontière tend à s’affaiblir aujourd’hui avec la mondialisation de la menace. Un ancien ambassadeur de France, ayant terminé sa carrière comme directeur de la DGSE, revient sur l’évolution des services de Renseignement depuis une trentaine d’années.

Le responsable d’un service de Renseignement peut dire des choses que le diplomate ne peut pas dire […]La diplomatie consiste à dire les choses sans blesser, mais la franchise c’est aussi une façon de créer la confiance.

La DGSE est le seul service secret français qui s’avoue comme tel. Il y a des choses que nous ne pouvons pas dire, et chaque membre de la DGSE, de l’agent jusqu’au directeur général, est tenu de respecter strictement le secret de la défense nationale. Secret qui a pour but de protéger l’État et nos sources. Mais ceci ne nous amène pas à mentir, cela nous amène juste à mentir par omission.

Toutes les semaines, avant le Conseil des Ministres, j’étais dans le bureau voisin du Président de la République avec les principaux ministres, les chefs des services de Renseignement, et les chefs des armées. C’était un moment où le chef de l’État pouvait donner ses directives, nous n’agissions que dans ce cadre-là, même si nous n’étions pas d’accord, nous mettions en œuvre la politique décidée par le Président.

La DGSE est un service très exposé car il est engagé dans des opérations à l’étranger […]Et je dois vous dire que certaines nuits, j’ai eu du mal à trouver le sommeil parce que j’avais des hommes sur le terrain qui risquaient leurs vies, et certains d’entre eux l’ont malheureusement laissée. Quand c’est le cas, on ne peut pas rendre hommage publiquement, les cérémonies ont lieu en secret. Les familles ne peuvent pas dire qu’elles ont perdu un mari, un fils, un père (lorsqu’il s’agit d’un homme), mort pour la France. C’est parfois un peu difficile à assumer lorsque vous avez été la personne qui a ordonné cette mission.

Intervenant
  • Bernard Bajolet – Ancien ambassadeur et directeur de la DGSE

Extrait musical : Fairuz – Aatiny Nay


Témoignage d’un ancien agent du service de la DGSE (3/5)

Au-delà des romans d’espionnage et du mythe de James Bond, quel est le quotidien d’un agent du service action de la DGSE ? Qu’est-ce qui le motive à prendre des risques et à vivre dans l’illégalité ? Quelles sont ses peurs et ses dilemmes éthiques ? Réponses ce soir avec François, ancien agent secret.

Elles (les personnes croisées lors de mission) n’ont rencontré qu’une partie de moi, un exemplaire, qui pouvait changer en fonction de la situation.

La légende d’une personne sous couverture doit coller au plus près de la réalité. C’est comme un mensonge, et pour qu’un mensonge soit efficace, il faut 5% de mensonge et 95% de vérité.

Il faut avoir une appétence naturelle pour le risque […] (avec les autres professionnels sur le terrain) on partage au moins cette envie de vivre des moments de vie rares, où la violence génère de l’intensité. J’ai été servi…

La crainte et la peur de l’enlèvement sont permanentes […]car nous ne travaillons pas officiellement pour l’État Français. Il ne pourra pas nous échanger comme un otage ou un prisonnier de guerre.

Il y a un isolement et une solitude qu’il faut apprendre à gérer […]Il faut se noyer dans le boulot, plus on travaille, moins on a le temps de penser.

Il ne faut jamais négliger les chauffeurs de taxis, c’est incroyable ce que l’on peut apprendre d’eux : on peut comprendre ce que pense le peuple.

Extrait musical : Leonard Cohen – The Partisan


Le Renseignement intérieur (4/5)

Le Renseignement intérieur français a été entièrement réformé ces dernières années en réunissant les anciens « Renseignement Généraux » et la DST dans un seul et même service. Le risque : sacrifier toute une culture des RG qui contribuaient à assurer le lien entre le pouvoir central et le local par un maillage territorial très solide, mais aussi par une écoute confiante de la population.

Dans une démocratie, le Renseignement est absolument indispensable dans la mesure où ce qui caractérise justement la démocratie, c’est l’existence d’énormément de libertés individuelles, et plus un État est démocratique, plus il est vulnérable, puisque des individus mettent justement à profit ces libertés individuelles pour atteindre l’État.

Je suis surprise qu’on soit encore surpris de l’existence de Black Blocs, qui sont suivis par les services de Renseignement depuis des années.

Le Renseignement territorial peut être comparé à un immense filet de pêche, qu’on lancerait derrière nous, et puis, dans ce filet, nous allons pouvoir observer des individus qui sortent du lot, et commencer à s’intéresser à eux.

Il faut parfois être très solide dans ses convictions, plus exactement dans les preuves que l’on apporte, et avoir la capacité personnelle de s’opposer aux pressions des hommes politiques.

Très honnêtement, les fiches S sont des instruments de travail extrêmement précieux, qui garantissent également la sécurité des fonctionnaires de police.

Nous n’avons aucun moyen de savoir quand un suspect va passer à l’acte.

Intervenant
  • Michèle Delépine – Commissaire divisionnaire en retraite

Extrait musical : La Mélodie Hongroise de Schubert interprété par Alfred Brendel

Pour en savoir plus : A propos des MICAS


Les défis du Renseignement à l’heure de la mondialisation (5/5)

Si le Renseignement s’est construit au cours des derniers siècles comme une technique d’infiltration et d’analyse en vue de construire des informations, il se trouve à l’ère de la mondialisation dans une situation paradoxale. Il doit trouver sa place dans un univers numérique où toutes nos vies sont infiltrées par des systèmes qui transforment toute réalité en information. Quelle est alors sa valeur lorsque l’économie, mais aussi la politique, le rapport aux autres voire le rapport à soi – s’organise autour de ses propres méthodes ?

Les services de Renseignement, qu’est-ce que c’est ? C’est une administration d’Etat avec une forte hiérarchie et une protection du secret, mais ils doivent produire du renseignement. […] C’est le fait d’analyser des phénomènes que l’on a plus ou moins certifiés, et la différence n’est pas mince, ça veut dire que pour comprendre les phénomènes que l’on regarde, il faut des outils intellectuels que sont les disciplines liées aux sciences sociales.

Les services de Renseignement doivent aussi pouvoir dire si, en 2050, les nodules polymétalliques seront l’horizon des nouvelles sources d’énergie, si, en 2040, le pouvoir post-Poutinien se survivra, ou si dans une dizaine d’années les structures post printemps arabes seront aussi durables. Donc, le Renseignement, il ne faut pas l’enfermer dans l’information et il ne faut pas l’enfermer dans le court terme parce qu’il doit travailler sur plusieurs temporalités.

Le Renseignement est à hauteur de société, et pour comprendre la société, il faut utiliser, dans les faubourgs de Paris, de Bamako, à Singapour comme à Moscou, l’anthropologie, la sociologie, la science politique, c’est absolument essentiel.

On n’a pas d’amis, on a que des intérêts partagés. (dans le Renseignement)

Intervenant
  • Sébastien-Yves Laurent – Professeur à l’université de Bordeaux et spécialiste du renseignement

Extrait musical : « In the penal colony » – Philip Glass

Pour en savoir plus :  Sébastien-Yves Laurent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s