Jacques Necker – Réflexions philosophiques sur l’égalité

« Examinons cette égalité dont on entretient les hommes, cette égalité dont la chimère ne sert qu’à les tromper et à les rendre injustes. Elle est incompatible avec l’ordre public ; elle contrarie essentiellement la liberté ; elle est encore en opposition avec la morale ; elle ne s’accorde pas même avec le bonheur individuel. Voilà les vérités que je me propose de développer. » […]

 

« Quoi qu’il en soit, on nous a bien trompés en nous présentant la liberté et l’égalité comme deux principes inséparables ; ils ne sont unis, ils ne sont alliés qu’à titre d’abstractions et par leur parentage métaphysique ; mais en réalité la liberté et l’égalité, introduites ensemble sur un vaste théâtre, seront constamment en opposition. »

 

« Le principe de l’égalité, converti en passion et en fanatisme politique, amène, ainsi que nous le voyons, la haine de tous les genres de distinction […]. » […]

 

« On ne veut pas le voir ; mais il faut oser le dire, il n’y a d’égalité que pour le néant et la mort […]. » […]

 

« Le règne de la violence et le règne de l’égalité ont ensemble un étroit rapport. Les idées d’égalité absolue, en multipliant à l’infini les prétentions, obligent à multiplier de même et les fonctions publiques et les parts à l’exercice de l’autorité […]. » […]

Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l’égalité (1793)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s