Serendipité

Philosophie – La sérendipité (ARTE)

La sérendipité, du mot anglais serendipity, inventé par Horace Walpole, part du postulat que la découverte n’existe que grâce au hasard. Dès lors, toute découverte scientifique est-elle intrinsèquement irrationnelle ? Raphaël Enthoven explore le concept de sérendipité en compagnie de la chercheuse Sylvie Catellin.

En réalité, les découvertes hasardeuses supposent faculté d’interprétation et disponibilité d’esprit. Le concept renvoie ainsi à un mélange de hasard et de sagacité.

Quelles conséquences faut-il en tirer concernant la politique de recherche ? Celle-ci doit-elle favoriser la sérendipité, la liberté et l’exploration ?


France Culture – Place de la toile : petite histoire de la sérendipité (2009)

La « sérendipité » est une notion à laquelle il est souvent fait référence pour désigner une des caractéristiques de la navigation sur internet. Par ce mot un peu étrange – la sérendipité – on désigne cette faculté qu’a le web de nous faire trouver ce que nous ne cherchons pas. Cette expérience, tout internaute la connaît. On tape un mot sur un moteur de recherche dans l’espoir de trouver une information et, de lien en lien, de site en site, de blog en blog, on aboutit à une lecture, une information, tout à fait passionnante, mais qui n’a plus rien à voir avec l’information initialement recherchée. Dans l’univers numérique, c’est ça, la sérendipité, une sorte de déambulation hasardeuse mais heureuse, une errance fertile, une trouvaille inattendue.

Intervenants :

  • Danièle Bourcier : Directrice de recherche au CNRS
  • Evelyne Gayou : Compositrice

Le mythe de Serendip (Libération)

Le terme est bizarre, opaque, n’exhibe aucune similitude avec quoi que ce soit d’autre, aucune étymologie – de sorte qu’on se dit qu’on ne le retiendra jamais, et que l’oubli du mot provoquera toujours la méconnaissance de la chose. Pourtant, il n’est personne aujourd’hui qui n’en ait une pratique, n’en joue ou n’en soit le jouet plus ou moins conscient. C’est qu’avec la sérendipité, on fait de la prose comme en faisait M. Jourdain : on cherche quelque chose sur Internet, on navigue de lien en lien, et bientôt on trouve ce qu’on ne cherchait pas et qui s’avère plus intéressant que ce qu’on cherchait. Voilà, dans sa forme très simplifiée, la sérendipité.

Maître de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Sylvie Catellin s’est toujours intéressée aux processus de découverte, dans les sciences et la culture : avec Sérendipité. Du conte au concept, elle fournit une histoire étonnante, littéraire, scientifique, philosophique, artistique, un récit d’enquête plein de surprises et de personnages inattendus, des princes orientaux, des alchimistes, des navigateurs, Balzac et Voltaire, Edgar Poe, Charles S. Peirce, Pasteur, Freud, Conan Doyle, Umberto Eco…

princes-serendip

Giafer, philosophe-roi de Serendip, ancien nom de l’île de Ceylan, avait trois fils. Pour parfaire leur éducation, il les envoie explorer le monde. Sur les terres de l’empereur Behram, ils rencontrent un chamelier qui leur demande si, «par hasard», ils n’ont pas vu un de ses chameaux égarés. «N’est-il pas borgne et boiteux ? Ne lui manque-t-il pas une dent ? Ne transporte-t-il pas d’un côté du miel et de l’autre du beurre ?» Le chamelier est abasourdi. En réalité les princes n’ont pas vu la bête, mais interprété avec subtilité certains indices et, par raisonnement, conclu que le chameau était le chameau recherché : l’herbe était rongée d’un seul côté du sentier, des bouchées à demi mâchées, de la largeur d’une dent, jonchaient le sol, des fourmis, aimant le gras, s’étaient agglutinées sur le bord droit de la route, alors que, sur le côté gauche, voletaient des mouches, amatrices de miel…

Ce conte oriental, Voyages et aventures des trois princes de Serendip, a été traduit du persan en français par le chevalier de Mailly en 1719. En fait, ce dernier n’a fait que transcrire de l’italien un récit du XVIe siècle, le Peregrinaggio di tre giovani figliuoli del re di Serendippo, que son auteur, Christophe l’Arménien, dit avoir «transporté du persan». Mais là n’est pas non plus l’origine de ce «motif fictionnel millénaire», dont «on trouve plusieurs variantes chez les Hébreux, les Arabes, les Indiens, les Turcs, les Kirghiz, les Hongrois, les Bosniaques, et même chez les Danois» – sans parler du Zadig de Voltaire. Catellin donne des pistes pour poursuivre ce voyage à travers les littératures mais elle doit se fixer sur la sérendipité, et son «acte de naissance» : c’est le 28 janvier 1754 que pour la première fois l’écrivain anglais Horace Walpole, dans une lettre à un lointain cousin, utilise, en faisant référence aux princes de Serendip, le terme «serendipity», pour désigner la faculté de «découvrir, par hasard et sagacité, des choses qu’on ne cherchait pas».

Il faudra attendre longtemps – elle entre dans le vocabulaire scientifique à partir des années 30 aux Etats Unis – avant que la sérendipité ne devienne un concept, d’ailleurs assez ambigu, puisque, coupant la définition de Walpole, tantôt on mettra l’accent sur le hasard et la chance dans la découverte, tantôt sur la seule sagacité, en réduisant dans les deux cas sa force heuristique. «La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés», disait Pasteur. En dressant la plus précise des «cartes» intellectuelles et culturelles de la sérendipité, Sylvie Catellin montre comment, à travers elle, sont débattues «des questions concernant les voies de la création en science et en art, et plus spécifiquement certaines conceptions de la science et de la technique».

Autrement dit, la sérendipité ne s’illustre pas seulement par les exemples de Fleming qui, en ne désinfectant pas une éprouvette, découvre la pénicilline, ou de Röntgen, qui découvre casuellement les rayons X. Pas davantage par les cas du Post-it, du Viagra, du Velcro, du micro-ondes, de l’insuline ou du Téflon, trouvés alors qu’on cherchait autre chose. Précisément parce que la découverte «ne peut jamais surgir du seul apprentissage des savoirs disciplinaires», mais implique l’«art de l’interprétation des traces et des signes», la synergie entre humanités, arts et sciences, la disponibilité de l’esprit à accueillir ce qui le surprend et le déroute. La sérendipité n’est donc pas aussi simple que ce qu’en a dit le médecin américain Julius H. Comroe : «Chercher une aiguille dans une botte de foin, et y trouver la fille du fermier.»

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s